Skip links

Sugar B

Durée du high : 60 min

Pour 4 accros

Level II

Stuff

4 Blancs d’oeufs (130g)
50g Sucre semoule
100g Sucre Semoule
125g Poudre de noix de coco
25g Fécule
1 Mangue
125g Fraises
2 Kiwis

Ganache montée
100g Chocolat noir
200g Crème liquide

Sugar burger by dealer de cook

Cook

  1. Pour le biscuit succès, préchauffer le four à 170°C.
    Dessiner au dos du papier cuisson au crayon les formes à la taille voulue.( cercle inox de 7,5 cm de diamètre) Mélanger les 100 g de sucre avec la poudre de noix de coco et la fécule. Monter les blancs en neige et les serrer avec 50 g de sucre. Ajouter le mélange noix de coco,sucre et fécule en pluie en l’incorporant délicatement. À l’aide d’une poche, dresser l’appareil sur papier cuisson. Mettre en cuisson au four à 170°C environ 20 à 25 minutes.Laisser refroidir à température ambiante.
  2. Pour la ganache montée
    Porter à ébullition la crème puis ajouter la couverture chocolat dans la crème chaude. Mélanger délicatement à la spatule.Mettre au frais quelques heures. Une fois froide émulsionner avec le fouet au batteur, arrêter l’opération quand le mélange à doublé de volume.
  3. Peler à l’économe et détailler de fines tranches jusqu’au noyau. Poser alors la mangue sur le côté coupé et détailler à nouveau en tranches et ainsi de suite jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de chair autour du noyau. Couper les fraises en brunoise (petit dès), éplucher puis couper les kiwis en fines tranches et réserver.
  4. Pour le l’assemblage
    À l’aide d’une poche à douille dresser la ganache montée sur un rond de biscuit succès, disposer la brunoise de fraise, quelques tranches de kiwi et une tranche de mangue. Terminer «le burger» par un deuxième disque de biscuit à succès et déguster aussitôt.
Télécharger la recette

History

Vers 1850, la légende veut qu’un apprenti pâtissier ait fait tomber un pot de crème de lait dans une bassine de chocolat fondu. Pour dissimuler sa bêtise, il aurait mélangé le tout espérant que cela passerait inaperçu. Mais son geste n’avait pas échappé à son patron qui le traita justement de «ganache !»… avant de goûter à la préparation et de s’en pourlécher les babines. Malicieux, il nomma cette friandise… ganache.